Djamil Bangoura

Profile

Djamil Bangoura on a rooftop in Paris with Eiffel Tower in the distance

Snapshot

Djamil Bangoura
President
Association Prudence

LGBT health and human rights

“We need to eat. We need to find a place to sleep. And if we don’t have someone to support us, we’ll be left behind. We become more vulnerable. More vulnerable to AIDS, more vulnerable to poverty. We become everything imaginable, and we only become that.”

When Djamil Bangoura speaks, the Senegalese LGBT community listens. Article 319 of the Penal Code, which prohibits and penalizes homosexuality in Senegal, mutes LGBT voices. Bangoura unifies a community marginalized in a country known for its hospitality, and he has over 10 years of experience organizing sexual minorities in francophone West Africa. In 2003, he established Association Prudence, a LGBT health and human rights advocacy group based in Dakar.

Since its establishment as a grassroots organization, Prudence has grown to serve 500 Senegalese in the local LGBT communityTwitter . The group primarily targets men who have sex with men (MSM), focusing on HIV/AIDS sensitization, education, and testing. Bangoura envisioned an organization that engages the community, providing home visits, group discussions, prevention education, and HIV/AIDS testing. The HIV/AIDS prevalence is 0.5% in Senegal, but the prevalence ranges between 38.4-44% among Senegalese MSM.

Prudence improves the community’s health by reducing poverty, unemployment, homelessness, violence, stigma, and discrimination. Bangoura’s work, which is recognized by international LGBT advocates, is not often acknowledged in a society that silences its gay brothers and sisters.

Coming Out

Bangoura grew up in Pikine, one of Dakar’s suburbs, and he accepted his sexuality at the age of 22 after friends pushed him to discover the LGBT community. Like most LGBT Senegalese, Bangoura never came out to his family because others labeled him as goorjigéen, the Wolof translation for homosexual.

“I lived quietly, but unhappily,” Bangoura said. “I was like someone who was imprisoned by himself. I was scared to express myself.”

He understood the consequences of identifying as LGBT in Senegal.

“Physical, moral, and verbal aggressions,” Bangoura said. “Someone will label you as something. They’ll call you homosexual. They’ll label you while insulting your families, treating you like animals.”

While producing music with Senegalese rappers in Dakar, Bangoura entered a romantic relationship with a German friend who financially supported the studio. Once the group discovered their relationship, Bangoura’s partner left the country, and the studio closed. After working with his partner for 10 years, Bangoura lost his job at the studio. He tried to find work for three years.

“I didn’t have any more money, so I found myself in real poverty,” Bangoura said. “I had absolutely nothing. I couldn’t support myself. After three years of unemployment, I couldn’t pay for my apartment.”

Homeless and unemployed in Dakar, Bangoura connected with Serigne, a friend who introduced him to other gay Senegalese. An informal LGBT organization invited Bangoura to a five-day workshop, and it changed his role in the community. He was inspired to turn from music to advocacy.

“I’m unemployed, but I know how to create something,” Bangoura said. “We’re going to see what we can do.”

 

“Young men have shown me a lot of light,” Bangoura said. “It’s because of this [organization] that I’ve discovered I’m not alone, but there are others, too.”

 

 

Reaching Out

In the early 2000s, there were no formal LGBT organizations registered with Senegal’s Ministry of the Interior.

“We need to take preventative action for this community,” Bangoura said. “It’s hard. We need to try to support this organization that is the only of its kind, and finally I realized this is an opportunity.”

Bangoura understood he would need to initially frame Prudence as an HIV/AIDS prevention service rather than an LGBT advocacy group in order to gain approval from the government. Although same-sex acts are illegal in Senegal, the Ministry considered Prudence as an HIV/AIDS organization, not an LGBT organization, at a time when the government made strides in prevention efforts.

“And what they told us in response was that they would give us the approval, but not because we’re gay, but because of the objectives they saw in our application,” Bangoura said. “That’s why they would sign, and finally they signed the approval, and Association Prudence became the first organization of gay Senegalese to be officially recognizedTwitter .”

Established in 2003, the Ministry officially recognized Prudence in 2005.

“Finally we have an association that is solely comprised of the LGBT community whose objective is to fight against HIV/AIDS, which is too high in our community, and to fight against injustice,” Bangoura said. “We promote justice, fight poverty. It’s all part of our primary objectives. Help those infected with HIV to have better treatments and follow-up care. That’s our objective.”

Today, there are 14 organizations improving health outcomes among Senegalese key populations, which include MSM, sex workers, and people who inject drugs. Not only is Bangoura the president of Prudence, but he also leads RENAPOC, the National Network of Key Population Associations. RENAPOC, collaborating with the National Alliance Against AIDS, streamlines the objectives of all 14 organizations.

“Young men have shown me a lot of light,” Bangoura said. “ It’s because of this [organization] that I’ve discovered I’m not alone, but there are others, too.Twitter

Speaking Out

Bangoura has experienced stigma and discrimination and witnessed violence against his community because of Article 319.

“There are certain actors and certain politicians who say that homosexuality is not prohibited by Senegalese law, but, to me, that’s false,” Bangoura said. “This article in the Senegalese constitution condemns homosexuality. That’s what I see. Nobody can say anything else.”

After the police arrested members of Prudence in 2008, Bangoura sought refuge in France for six months before returning to rebuild Prudence.

“I prefer our partners to support our organizations on the ground so that we can continue what we already started,” Bangoura said. “If everyone leaves, then nothing will change. [Prudence] is founded, and they support us. We stayed, and we’re here.”

A letter sent from the Ministry of Health in April 2016 signaled the government’s evolution on LGBT issues. Awa Marie Coll Seck, Senegal’s Minister of Health, invited Bangoura to represent key populations at the United Nations. The invitation confirmed his decision to work with young and vulnerable Senegalese identifying as LGBT.

“When we start to talk, it’s like they’re retelling my story,” Bangoura said. “So I see that we all have the same story.”

Editor’s Note: This is part two in a Public Health Post series about LGBT health in Senegal. Click here to read parts onethree, and four. Interviews were conducted in French and translated to English. 

Version française : Profil : Djamil Banjoura

La communauté LGBT sénégalaise écoute quand Djamil Banjoura parle. L’article 319 du Code pénal, qui interdit et pénalise l’homosexualité au Sénégal, réduit au silence les voix de la communauté LGBT.

Bangoura unifie une communauté marginalisée dans un pays reconnu pour son hospitalité. Il a plus de 10 ans d’expérience organisant des minorités sexuelles en Afrique francophone. En 2003, il a établi l’Association Prudence, un groupe de défense des droits de l’Homme et de la santé LGBT à Dakar.

Depuis l’établissement en tant qu’ organisation communautaire, Prudence s’est développée pour desservir 500 sénégalais chez la communauté LGBT locale. Le groupe cible principalement les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), se concentrant sur la sensibilisation, l’éducation et le dépistage du VIH. Bangoura a envisagé une organisation qui engage/implique la communauté en fournissant des visites à domicile, des discussions de groupe et l’éducation sexuel pour prévenir le VIH. La prévalence du VIH/SIDA est de 0,5% au Sénégal, mais entre 38,4 et 44% chez les HSH sénégalais.

Prudence améliore la santé de la communauté en réduisant la pauvreté, le chômage, l’itinérance, la violence, la stigmatisation et la discrimination. Le travail de Bangoura, qui est reconnu par les défenseurs des droits de l’homme LGBT, n’est pas souvent reconnu dans une société qui réduit au silence ses frères et ses sœurs homosexuels.

Faire son coming-out

Bangoura a grandi à Pikine, l’une des banlieues de Dakar, et il a accepté sa sexualité à l’âge de 22 ans, après que ses amis l’ont encouragé à découvrir la communauté LGBT. Comme la plupart des sénégalais LGBT, Bangoura n’a jamais révélé son orientation sexuelle à sa famille parce que d’autres l’ont étiqueté en tant que goorjigéen, la traduction Wolof pour homosexuel.

« Je vivais tranquillement mais malheureusement » Bangoura a dit. « J’étais comme quelqu’un qui était emprisonné tout seul. J’avais peur de m’exprimer. »

Il a compris les conséquences d’être LGBT au Sénégal.

« Agressions physiques, morales et verbales » a dit Bangoura. « Quelqu’un vous donnera toujours une étiquette. Ils vous appelleront homosexuel. Ils vous étiquettent tout en insultant vos familles, vous traitant comme des animaux. »

Bangoura est tombé amoureux d’un ami allemand qui soutient financièrement un studio qui produit de la musique avec des rappeurs sénégalais à Dakar. Le partenaire de Bangoura a quitté le pays et le studio a fermé lorsque le groupe a découvert leur relation. Après avoir travaillé avec son partenaire pendant 10 ans, Bangoura a perdu son emploi au studio. Il a essayé de trouver du travail pendant trois ans.

« Je n’avais plus d’argent, alors je me suis trouvé dans la vraie pauvreté » a dit Bangoura. « Je n’avais absolument rien. Je ne pouvais pas subvenir à mes besoins. Après trois ans de chômage, je ne pouvais pas payer mon appartement. »

Sans-abri et sans emploi à Dakar, Bangoura a communiqué avec Serigne, un ami qui l’a présenté aux autres homosexuels sénégalais. Une organisation LGBT a invité Bangoura à un atelier de cinq jours qui a changé son rôle dans la communauté. Il a été inspiré pour quitter la musique et plaidoyer.

« Je suis au chômage mais je sais comment créer quelque chose » a dit Bangoura.« Nous allons voir ce que nous pouvons faire. »

« Les jeunes hommes m’ont montré la lumière » a dit Bangoura. « C’est à cause de cette [organisation] que j’ai découvert que je ne suis pas seul mais qu’il y a d’autres personnes aussi. »

Tendre la main

Au début des années 2000, il n’y avait pas d’organisation LGBT formelle selon le Ministère de l’intérieur du Sénégal.

« Nous devons prendre des mesures préventives pour cette communauté » a dit Bangoura. « C’est difficile. Nous devons essayer de soutenir cette organisation qui est unique en son genre et finalement je me suis rendu compte que c’était une opportunité. »

Bangoura a compris qu’il aurait besoin de d’abord présenter Prudence comme un service de prévention du VIH plutôt qu’un groupe de défense des droits des LGBT afin d’obtenir l’approbation du gouvernement. Bien que les actes sexuels de même-sexe soient illégaux au Sénégal, le ministère a considéré Prudence comme une organisation pour prévenir le VIH et pas comme une organisation LGBT pendant que le gouvernement a fait des progrès dans les efforts de prévention.

« Et ce qu’ils nous ont dit en réponse était qu’ils nous donneraient l’approbation, pas parce que nous sommes gais mais à cause des objectifs qu’ils ont vu dans notre demande » a dit Bangoura. « C’est la raison pour laquelle ils ont signé et finalement ils ont signé l’approbation, et L’Association Prudence est devenue la première organisation de sénégalais gais à être officiellement reconnue. »

Établie en 2003, le ministre a officiellement reconnu Prudence en 2005.

« Finalement nous avons une association qui est composée uniquement de la communauté LGBT à qui lutte contre le VIH qui est trop élevé dans notre communauté et lutte contre l’injustice » a dit Bangoura. « Nous promouvons la justice, luttons contre la pauvreté. Cela fait partie de nos objectifs principaux. Aider ceux infectés par le VIH à recevoir de meilleurs traitements et des soins de suivi. C’est notre objectif. »

Aujourd’hui il y a quatorze organisations qui améliorent la santé des populations clées sénégalaises, qui inclut les HSH, les travailleurs du sexe et les gens qui se droguent. Non seulement Bangoura est le président de Prudence, mais il dirige également le RENAPOC, le Réseau National des Associations des Populations Clées. Le RENAPOC collabore avec l’Alliance nationale contre le SIDA pour rationaliser les objectifs des 14 organisations.

« Les jeunes hommes m’ont montré la lumière » a dit Bangoura. « C’est à cause de cette [organisation] que j’ai découvert que je ne suis pas seul mais il y a d’autres personnes aussi. »

Avoir une voix

Bangoura a été victime de préjugés et de discrimination et il est témoin de la violence contre sa communauté à cause de l’article 319.

« Il y a certains acteurs et certains politiciens qui disent que l’homosexualité n’est pas interdite par la loi sénégalaise mais pour moi c’est faux » a dit Bangoura. « Cet article de la constitution sénégalaise condamne l’homosexualité. C’est ce que je vois. Personne ne peut rien dire d’autre. »

Bangoura a cherché refuge en France pendant six mois avant de revenir pour reconstruire Prudence après que la police a arrêté des membres de l’association en 2008.

« Je préfère que nos partenaires soutiennent nos organisations sur le terrain afin que nous puissions continuer ce que nous avons déjà commencé » a dit Bangoura. « Si tout le monde part, rien ne changera. [Prudence] est fondée et ils nous soutiennent. Nous sommes restés et nous sommes ici. »

Une lettre envoyée par le ministère de la Santé en avril 2016 signalait l’évolution du gouvernement en ce qui concerne la communauté LGBT. Awa Marie Coll Seck, ministre de la Santé, a invité Bangoura à représenter les populations clés aux Nations Unies. L’invitation confirmait sa décision de travailler avec les jeunes et les vulnérables LGBT au Sénégal.

« C’est comme s’ils racontaient mon histoire quand ils commencent à parler » a dit Bangoura. « Alors je vois que nous avons tous la même histoire. »

Note de l’éditeur: Cela est la partie deux d’une série sur la santé des LGBT au Sénégal. Cliquez ici pour lire les parties un, trois, et quatre. Des entretiens ont été menés en français et traduits en anglais.

Image: Djamil Bangoura, courtesy of Association Prudence Facebook

SHARES